Les collections

Le Musée des Émaux et de la Mosaïque de Briare (MeMo) retrace l’aventure industrielle de la Manufacture de Briare et présente des mosaïques réalisées en Émaux de Briare ainsi qu’une riche collection de boutons et de perles de Briare.

 

La Manufacture de Briare


Le  Musée des Émaux et de la Mosaïque de Briare présente l’épopée industrielle de la Manufacture de Briare, depuis sa création en 1837, jusqu’à son épanouissement sous l’ère de J.-F. Bapterosses et de ses descendants.

Catalogue de mosaïque Briare, 1906
Catalogue de mosaïque Briare, 1906

Vous pourrez découvrir des machines utilisées autrefois au sein de l’usine de Briare ainsi que de nombreux documents d’archives relatifs à l’histoire de la Manufacture de Briare.

Citons, pour exemple, une aquarelle représentant la Manufacture de Briare en 1875 et illustrant le développement de l’usine au tournant du XXème siècle, les machines servant à la fabrication des boutons et des perles, un four d’époque mais aussi des photographies d’ouvriers, des dessins techniques de mécaniques et bien d’autres documents inédits.

 

Boutons & Perles de Briare


L’importante collection de boutons et perles de Briare exposée au Musée de la Mosaïque et des Émaux vous permettra d’apprécier la qualité de ces objets et de comprendre leurs secrets de fabrication ainsi que le succès commercial des boutons et des perles de Briare.

Boutons de la manufacture de Briare
Boutons de la manufacture de Briare

Les boutons de la Manufacture Bapterosses, conçus à partir de 1845, connaissent un succès commercial important. Tout d’abord en raison de leur mode de fabrication. En effet, la presse inventée par J.-F. Bapterosses permet de frapper 500 boutons en une fois et met ainsi à mal l’industrie anglaise qui continue la fabrication unitaire de boutons. En 1844, J.-F. Bapterosses reçoit, pour l’invention de cette presse, la médaille d’or de l’exposition industrielle de Paris. Les boutons de Briare présentent une très grande diversité dans leurs formes (boutons à trous, à queues, en forme de « T »…) et leurs dans leurs coloris. Ils sont produits jusqu’en 1964 et font travailler des centaines de Briarois, dont de nombreuses femmes qui réalisaient l’encartage des boutons (fixation des boutons sur les cartons de présentation). Les boutons cessent d’être produits à l’aube des années 1970 en raison du développement massif du plastique et de l’apparition des machines à laver le linge, des dernières cassant les boutons à l’essorage.

 

 

A partir de 1864, les premières perles de Briare sont produites suivant un procédé de fabrication similaire à celui des boutons. Leur matériau, l’émail, va permettre d’imiter de nombreuses matières (corail, corne, nacre, ivoire, ambre…) et de satisfaire ainsi une très large demande.

Perles de Briare en vrac
Perles de Briare destinées aux marchés européens

Très prisées par diverses ethnies d’Afrique, qui les utilisaient comme éléments de parure ou de décoration, les perles de Briare se reconnaissent grâce à un léger renflement situé au niveau du diamètre maximal, caractéristique liée à leur mode de fabrication. La production des perles de Briare s’achève dans les années 1970 avec la décolonisation qui fait perdre à Briare les marchés africains.

 

 

Émaux de Briare & Mosaïques

La mosaïque désigne une technique artistique utilisée pour la décoration des sols, murs et plafonds. Elle est composée de fragments de matériaux, les tesselles, qui peuvent être par exemple des pierres, de la terre-cuite, des émaux, des marbres ou encore des coquillages qui sont assemblés au moyen d’un mortier. Les plus anciennes mosaïques attestées sont datées du IVème siècle avant notre ère. Elles ont été découvertes dans la cité antique d’Erétrie, en Grèce, et sont constituées de galets.

L’art de la mosaïque connaît trois grandes phases de développement. Il s’épanouit d’abord aux IVème et Vème siècles de notre ère dans le bassin méditerranéen, puis aux XIème et XIIème siècles dans l’Empire byzantin. Enfin, plus récemment, au tournant du XXème siècle, l’art de la mosaïque connaît un regain d’intérêt durant la période Art Nouveau, ou Modern Style, qui remet la mosaïque à l’honneur.

Le produit Émaux de Briare est créé aux environs de 1885. Les premières mosaïques en Émaux de Briare apparaissent au cours de la période Art Nouveau.

Le musée de la Mosaïque et des Émaux de Briare expose une large collection de mosaïques en Émaux de Briare rattachée au Modern Style. Parmi les plus célèbres mosaïques citons les œuvres d’Eugène Grasset (1845-1917), ornementaliste français, précurseur de l’Art Nouveau, qui collabora avec la Manufacture de Briare et réalisa, entres autres, les mosaïques ornant l’église Saint-Étienne de Briare.

 

Fronton de l'église Saint-Étienne de Briard, par Eugène Grasset
Fronton de l’église Saint-Étienne de Briare,  Eugène Grasset,, env. 1890

Outre la collection des mosaïques « Art Nouveau », vous pourrez découvrir des œuvres plus récentes, relatives au courant d’art optique qui se développa durant les années 1970. Parmi ces œuvres figurent plusieurs compositions de Victor Vasarely (1908-1997).

Mosaïque de Vasarely
Mosaïque de Vasarely, 1974

Par ailleurs, le musée de la Mosaïque et des Émaux de Briare possède une galerie d’œuvres contemporaines aux œuvres éclectiques. Citons pour exemple une œuvre inspirée de Mucha réalisée par l’atelier « Les Flocats » ou encore une boîte aux lettres en Émaux de Briare !

 

Enfin, pour clore votre visite vous pourrez découvrir, par le biais d’une vidéo, les secrets de fabrication des Émaux de Briare.